Patrimoine

Entre mer et montagne…: tout est dit pour la capitale azuréenne qui, à cette époque de l’année, mêle encore le bleu de la baie des Anges au blanc des cimes du Mercantour. En quelques coups de pédales, vous voilà au pied des plus belles ascensions de la métropole Nice Côte d’Azur, au coeur d’un magnifique territoire de montagne. De la promenade des Anglais jusqu’au mythique col de la Bonette, qui culmine à 2 715 mètres sur la plus haute route d’Europe, s’élève une terre de prédilection pour le sport, un véritable paradis pour la pratique des activités physiques sous toutes leurs formes, offertes aujourd’hui tout au long de l’année et adaptées à chaque saison… Ski, voile, course pédestre, VTT, randonnée, alpinisme et, bien évidemment, cyclisme et cyclotourisme. En ce mois de mars, le peloton aura certainement rendez-vous avec la neige en rejoignant les hauteurs du col de Turini.

Col de Turini - La Bollène-Vésubie

Le haut Pays niçois s’est toujours nourri de grands exploits sportifs. Et, comme d’autres sites des Alpes du Sud, le col de Turini a d’abord contribué à bâtir la légende du célèbre Rallye de Monte-Carlo, dont il est un des lieux mythiques. Depuis ses 1 607 mètres d’altitude, il offre un point de vue unique sur la Méditerranée au bout d’une montée en lacets difficultueuse. Si le Turini figure pour la première fois sur le tracé de Paris-Nice, le Tour de France a déjà emprunté ses pentes à trois reprises: en 1948, quand Louison Bobet franchit le col en tête avant d’aller cueillir à Cannes la victoire d’étape, Maillot Jaune sur les épaules ; en 1950, dompté par Jean Robic, le Breton étant ensuite débordé par le Suisse Ferdi Kübler sur la promenade des Anglais; et en 1973, lorsque l’Espagnol Vicente Lopez Carril fit coup double, premier au Turini puis à l’arrivée à Nice.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblés en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus